Ce qui est pris en compte pour qu'un divorce soit effectif c’est l'intention et la liberté de choix
Fatwa No: 89798

Question

Il m'arrive d'être touché par des accès de colère et lorsque cela m'arrive, je ne sais plus ce que je fais. Je prends des médicaments pour cela, mais un jour, je me suis retrouvé dans cette situation inhabituelle et j'ai commencé à me disputer avec ma femme. Ma mère qui était avec moi m'a alors obligé à répudier par trois fois ma femme et à mettre cela par écrit alors que je me trouvais dans un état anormal. Lorsque j'ai retrouvé mon état normal, je me suis rendu compte que j'avais commis une erreur et ma mère s'en est également trouvée désolée. Le divorce devient-il effectif dans pareille situation anormale et sous la pression ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

La chose prise en compte pour qu'un divorce soit effectif est l'intention et la liberté de choix. Ainsi, si vous étiez conscient de ce que vous faisiez lorsque vous avez prononcé ce divorce et que la maladie dont vous souffrez n'a pas influencé votre intention et votre libre choix, ce divorce est alors effectif.

 

Reste la question du divorce prononcé trois fois de suite, car la majorité des oulémas est d'avis que le divorce prononcé troisfois de suite est effectif et c'est également notre avis. Ibn Taymiyya et ibn al-Qayyim déclarèrent toutefois qu'un divorce prononcé trois fois de suite ne compte que comme un seul divorce.

 

Nous attirons néanmoins votre attention sur le fait que si vous lui avez dit : « Tu es divorcée, divorcée, divorcée », en ne voulant que confirmer le fait que vous la répudiez une seule fois, cela est compté comme une seule répudiation. Par contre, si votre intention était de la répudier trois fois, cela est compté comme tel. Enfin, si vous avez prononcé ce divorce avec la conjonction de coordination « et » et en disant : « Tu es divorcée et divorcée et divorcée », dans ce cas, cela est compté comme une triple répudiation.

 

Tout cela en supposant que vous étiez bien conscient de ce que vous disiez, comme cela semble être le cas, car vous avez conscience de ce qui s'est produit en détail et vous en avez fait mention dans votre question. Par contre, si vous n'étiez pas conscient de ce que vous disiez, le divorce que vous avez prononcé n'est pas effectif. Nous attirons également votre attention sur certains points dont les suivants :

 

Le premier est que la colère n'empêche en rien le divorce d'être effectif, car en général, un divorce est toujours prononcé lorsque l'on est en colère sauf si cette colère atteint un point où la personne n'est plus consciente de ce qu'elle dit.

 

Le deuxième est que si la femme est pieuse et de bonne moralité, il ne faut pas obéir à ses parents en la répudiant.

 

Le troisième est qu'il est préférable que vous vous référiez à un tribunal islamique qui sera plus à même de trancher votre cas.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation