Vivre avec sa femme comme s’ils étaient mariés sans être sûr de l'avoir bien reprise après une répudiation
Fatwa No: 135052

Question

Je suis marié depuis 15 ans et je n'ai jamais eu d'enfant. À l'exception de ces 7 derniers mois, je voyageais seul pour vivre et travailler d'une ville à l'autre et d'un pays à l'autre alors que ma femme vivait dans mon pays, dans ma maison avec mes parents. Je visitais régulièrement mes parents une fois par an pendant deux ou trois semaines. J'ai répudié ma femme par écrit une fois, il y a de cela 11 ans alors que je vivais dans une autre ville. Les sages de ma famille décidèrent à l'époque qu'il était préférable que ma femme se rende dans sa famille pour qu'elle essaye de résoudre le problème et ils l'ont vraiment envoyée dans sa famille. Quelques mois plus tard, mon père est décédé et je suis rentré pour visiter ma mère. Ma famille m'a alors dit que ma femme était rentrée à la maison pour être auprès de ma mère et je leur ai dit qu'il n'y avait pas de mal à cela. Cependant, je ne me rappelle plus si elle est revenue durant sa période de viduité ou après l’avoir terminée. Quoi qu'il en soit, j'étais énervé à ce moment-là, car elle était revenue à la maison sans que je ne l’aie reprise. Je ne lui ai pas parlé ni ne l'ai regardée ni même touchée durant plus d'un an. Ensuite, quelques mois plus tard, j'ai décidé d'avoir un rapport charnel avec elle sous une pression psychologique intense et tout en sachant que cela pouvait être illicite. Cependant, je pensais qu'il n'y avait pas de mal à cela tant que je ne l'avais pas répudiée trois fois. Depuis lors, j'ai des rapports avec elle à chaque fois que je retourne (de mes voyages de travail) chez moi. J'ai aujourd'hui compris qu’étant donné que je n'ai pas repris ma femme avant la fin de sa période de viduité, le divorce est alors irrévocable et notre relation n'est pas légale. Si la parole que j’ai dite lorsqu'on m'a informé que ma femme était revenue à la maison peu après le décès de mon père, à savoir qu'il n'y avait pas de mal à cela, a eu lieu avant la fin de sa période de viduité, est-elle considérée comme une reprise de ma femme ? Il faut savoir que je n'ai pas dit cela avec l'intention de la reprendre. Notre relation d'aujourd'hui est-elle illicite ? Ce qui arrive entre nous est-il considéré comme de la fornication ? Si tel est le cas, que dois-je faire maintenant ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Il n'y a de force ni de puissance qu'en Allah. Nous ne savons pas comment vous avez pu vivre avec votre femme comme si vous étiez mariés sans être sûr de l'avoir bien reprise ?! Il est interdit au musulman d'entreprendre quoi que ce soit comme parole ou acte dont il ignore le verdict avant d'interroger des savants, surtout concernant une telle question liée aux rapports charnels. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « [...] Demandez donc aux érudits si vous ne savez pas. » (Coran 16/43) Vous avez certes fait preuve d'une énorme négligence en ne posant la question qu'après tout ce temps passé et vous devez donc vous repentir.

Concernant le fait que vous ayez dit qu'il n'y avait pas de mal à cela (lorsque vous avez appris qu'elle était revenue), il ne s'agit pas là d'une reprise exprimée explicitement et vous ne l'avez donc pas reprise par ces simples paroles tant que votre intention n'était pas de la reprendre même si votre femme était encore dans sa période de viduité. Que dire alors si vous mentionnez que vous n’en aviez pas l’intention. Par contre, le rapport charnel compte comme une reprise selon l'avis de certains savants.

Néanmoins, si cela s'est produit durant sa période de viduité, mais que vous n'avez pas eu de rapport charnel avec elle durant une longue période dépassant un an, alors que la période de viduité se termine généralement en moins de temps que cela, car elle est de trois périodes de menstrues pour la femme qui n'est pas enceinte et qui a des menstrues et de trois mois pour celle qui n'a pas de menstrues, cela signifie alors que vous avez eu un rapport charnel avec elle après la fin de sa période de viduité. Si tel est le cas, vous avez commis la fornication avec elle et vous devez tous les deux vous en repentir. Vous devez maintenant vous séparer d'elle et si un enfant naît des rapports que vous avez eus avec elle, il vous sera attribué si vous pensiez que c’étaient des rapports licites. Ibn Qudâma, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Si l'homme ignorait avoir divorcé irrévocablement de sa femme, ou bien que la période de viduité de celle-ci suite à un divorce révocable était terminée ou encore qu'il lui était interdit de la reprendre après celle-ci, l'enfant qui naît de leur rapport lui est attribué. » (Al-Mughnî)

Enfin, si vous désirez continuer à vivre ensemble, vous devez alors faire un nouvel acte de mariage après avoir attendu une période visant à prouver que votre femme n'est pas enceinte qui est d'une période de menstrues selon l'avis prédominant.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation