Une femme quitte son domicile familial car elle y est mal traitée
Fatwa No: 134654

Question

J’ai quitté mon domicile à cause des violations continues de mes droits par mon mari. Il s’est emparé de mon passeport, me laissant dans l’isolement, sachant que je vis seule dans son pays, loin de ma famille. Il a refusé de discuter de notre désaccord. Je lui ai expliqué, à trois reprises, les causes de ma tristesse et de mon malheur, et il m’a promis de changer, mais en vain. Ensuite, je suis tombée enceinte, mais j’ai dû quitter le foyer en cherchant la sécurité chez ma mère car il m’a menacée de mort. J’ai mis au monde mon bébé. Aujourd’hui, il continue à m’humilier et il ne m’a présenté aucune aide matérielle ou non matérielle au cours de ma grossesse. Il ne m’a même pas contactée et ne m’a envoyé aucun message. Tout cela rend mon retour impossible. Il m’insulte et refuse que l’on discute pour trouver une solution à nos divergences. Je lui ai dit que nous devons nous entendre et chercher la réconciliation, mais il refuse et estime qu’il a toujours raison. Comment puis-je être une épouse obéissante alors que mon mari est tyrannique, viole mes droits et me maltraite ? C’est lui qui est à l’origine du malheur et de la mésentente au sein de notre foyer. Je crois qu’il m’est difficile d’élever mon enfant chez lui tant que nous vivrons dans ces troubles.
Je vous serais reconnaissante de me conseiller, sachant que j’ai beaucoup de vérités que je pourrais vous envoyer, si vous le voulez, car j’ai tenu à simplifier mon problème qui n’est pas réellement simple.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager Mohammed ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Le mari, selon la Charia, a l’obligation d’entretenir de bons rapports avec son épouse. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Entretenez de bons rapports avec vos femmes » (Coran 4/19). Il lui incombe de subvenir à ses besoins. Ne pas l’entretenir, l’insulter, l’humilier et refuser la réconciliation s’oppose aux bons rapports, et pire encore est sa menace de la tuer. Si votre mari a commis vraiment ses actes, il s’est conduit d’une manière abominable.

Ceci dit, Il est interdit à la femme de sortir de chez elle sans la permission de son mari. Sa sortie sans permission est un acte de désobéissance de sa part, tant qu’elle ne sort pas pour une raison légale. Toutefois, vous n’avez rien à vous reprocher si vous avez abandonné votre foyer pour le préjudice que vous avez subi.

Nous vous conseillons de recourir à l’arbitrage de personnes raisonnables pour régler le problème entre vous et votre mari. Si vous vous réconciliez, alors qu’Allah, exalté soit-Il, soit loué. Sinon, ayez recours au juge légal ou à son représentant là où vous vivez, afin de mettre fin à ce préjudice par le divorce ou le Khul. Sachez que si le mari est fautif, il n’est pas autorisé à prendre de l’argent en contrepartie du divorce.

Le tribunal légal est compétent pour se prononcer sur la garde de l’enfant. Signalons que les jurisconsultes ont divergé sur l’attribution de la garde si les parents vivent chacun dans un pays différent. La majorité des jurisconsultes ont souligné que c’est le père, et non la mère, qui a le droit prioritaire à la garde. Si l’enfant est encore nourrisson, que les parents sont d'accord pour le laisser chez sa mère, cela est préférable pour le bien du nourrisson, et mieux pour éviter tout dommage pour lui si on le prive de sa mère.

Enfin, signalons que la femme a l’obligation d’obéir à son mari tant qu'il lui ordonne ce qui est convenable. S'il lui une ordonne ce qui n'est pas convenable, elle n'a pas à lui obéir. 

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation