L’Aïd du grand pèlerinage

7875 1933

‘Abdallah Qahbî al-Ghâmidî

Chers serviteurs d’Allah, voici qu'est venu le jour de l’Aïd, le jour du grand pèlerinage et le jour du Takbîr. C’est par le Takbîr que nous embellissons, nous les musulmans, notre fête et que nous construisons notre honneur. C’est par le Takbîr que nous commençons notre appel à la prière et que nous commençons notre prière. C’est par le Takbîr que nous nous engageons dans la bataille et c’est par lui que nous commençons la vie ! Lorsqu'un enfant arrive au monde, on lui chuchote dans l’oreille l'appel à la prière: « Allahu Akbar, […] », et lorsqu’il meurt, on prie pour lui en commençant par : « Allahu Akbar, […] ». Lorsqu'on immole et sacrifie une bête, nous disons : « Bismillah, Allahu Akbar. » Nous proclamons la divinité, la grandeur et l’unicité d’Allah, exalté soit-Il. « Allahu Akbar », telle est notre devise durant notre vie et à notre mort. « Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha illallah. Wallahu Akbar, Allahu Akbar, Wa Lillahi-l-Hamd. » (Allah est plus Grand, Allah est plus Grand. Nulle divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah. Allah est plus Grand et c’est à Allah que reviennent toutes les louanges).
Lorsque nous partons en guerre, nous effrayons nos ennemis par cette formule. C’est par elle que nous avons commencé la bataille de Badr, de Aïn Djâlût, d’al-Qâdisiyya, de Hittîn, de Constantinople ainsi que d’autres batailles musulmanes, car « Allahu Akbar » n’est pas seulement une parole que l’on prononce ou un slogan que l’on scande, mais c’est une parole qui signifie que le monde entier ne représente que bien peu de choses à côté d’Allah, exalté soit-Il, car Allah est plus Grand que tout. Oui, plus Grand que toute chose désirée par nos âmes. Avec « Allahu Akbar », toute chose est mise de côté, car Allah, exalté soit-Il, est plus important que toute chose.
Si dans nos âmes Allah, exalté soit-Il est plus Grand que toute chose, nous ferons prévaloir Sa satisfaction sur la nôtre. Si l’argent, le prestige ainsi que tous les biens de ce monde s’offraient à nous afin que nous délaissions une partie de notre religion nous dirions « Allahu Akbar ». Nous répéterions cette formule avec le cœur et la langue, jusqu’à ce que tous nos désirs et nos passions soient pour Allah, exalté soit-Il.
Celui qui délaisse une chose pour satisfaire Allah, exalté soit-Il, Allah la lui remplacera par quelque chose de meilleur. Telle est la perfection de la foi, de l’obéissance et de l’amour d’Allah, exalté soit-Il, de Son Prophète () et de Sa religion. Nous disons et répétons : « Nous agréons Allah comme Seigneur, l'Islam comme religion et Mohammed (), comme Messager et Prophète. » Et l’agrément signifie la soumission et le suivi afin que nos passions s’accordent aux enseignements de notre Messager (), et aux versets du Livre de notre Seigneur. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Dis : "Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors […] » (Coran 3/31).
Allah, exalté soit-Il, a décidé que nos fêtes aient lieu après des obligations et actes d’adorations importants. En effet, la fête de la rupture du jeûne (al-Fitr) fait suite à un acte de dévotion qui est le jeûne, durant lequel nous avons enduré la faim et la soif et nous avons délaissé notre nourriture, notre boisson, nos désirs charnels et nos envies pour Allah, exalté soit-Il. C’est alors que survient l'Aïd al-Fitr afin de permettre au jeûneur de se réjouir de l’accomplissement du jeûne et du Pardon de son Seigneur.
Quant à la fête du Sacrifice, la fête du Grand Pèlerinage, elle survient après le stationnement à ‘Arafat durant lequel les pèlerins font preuve de dévouement à l'égard d'Allah, exalté soit-Il, et sont vêtus de leur habit blanc comparable au linceul dans lequel on drape les morts. Cette scène rappelle le rassemblement du Jour de la Résurrection, le jour où les gens se tiendront devant le Seigneur de l'Univers, pieds nus et dévêtus, attendant le châtiment et la récompense.
Ils attendront la permission de sortir de cette situation terrifiante, d'échapper à la chaleur du soleil, à la longue station debout, à cette faim et cette soif. Ils attendront la permission d’entrer au Paradis ou l’ordre d’entrer en Enfer, qu’Allah, exalté soit-Il, nous en préserve. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « […] Un groupe au Paradis et un groupe dans la fournaise ardente. » (Coran 42/7).
Celui qui aura œuvré pour le Paradis y entrera et celui qui aura œuvré pour l’Enfer y entrera. Chaque individu devra assurer sa propre défense.

Le jour du grand pèlerinage, les gens sont égaux, qu'ils soient jeunes ou vieux, chefs ou subordonnés, riches ou pauvres. Tous sont égaux face à Allah, exalté soit-Il, et tous répondent à Son appel. Ils font la même proclamation. Ils ont la même religion, le même Seigneur, le même Prophète (), le même Livre et entonnent la même formule » : « Labbayka-Allahumma labbayk, labbayka lâ charîka laka labbayk, Inna al hamda wanni'mata laka wal mulk, lâ charîka lak » (Me voici répondant à Ton appel, ô Allah ! Me voici, Tu n’as aucun associé, me voici ! La louange et les bienfaits T’appartiennent, ainsi que la royauté. Tu n’as aucun associé).
Quant à celui qui n’accomplit pas le Hadj, il lui est recommandé de prononcer le Takbîr, le Tahmîd et le Tahlîl durant les nuits de Tachrîq après avoir jeûné le jour de ‘Arafat, ce jour durant lequel Allah, exalté soit-Il, pardonne à celui qui le jeûne les péchés de deux années, celle qui précède et celle qui suit le jeûne. Les péchés sont pardonnés et les erreurs effacées grâce à la miséricorde du Seigneur des cieux et de la terre. « Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha illallah. Wallahu Akbar, Allahu Akbar, Wa Lillahi-l-Hamd. » (Allah est le plus Grand, Allah est le plus Grand. Nulle divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah. Allah est le plus Grand et c’est à Allah qu’appartient toute la louange). Nos fêtes sont des fêtes divines, des fêtes où nous conservons les liens avec Allah, exalté soit-Il. Ce sont également des fêtes humanitaires, car les valeurs humaines s’y manifestent de manière remarquable.
L’Islam ne veut pas que le musulman se réjouisse de l’Aïd tout seul, car celui qui mange seul n’est pas des nôtres et celui qui vit pour lui seul n’est pas des nôtres. Pour l'Aïd al-Fitr, l’Islam a prescrit la Zakât d’al-Fitr afin de nourrir les nécessiteux. Il appelle également à nourrir celui qui rompt son jeûne. Il incite à agir de la sorte afin que tout le monde puisse ressentir la joie et le bonheur. Pour la fête du Sacrifice, l’Islam a prescrit le sacrifice d’une bête afin de faire preuve de générosité envers notre famille, nos proches, nos voisins et les pauvres d’entre les musulmans. C’est ainsi que la distribution de la bête sacrifiée se fait en trois parties : un tiers pour soi-même et sa famille, un tiers pour ses voisins et ses amis et un tiers pour les pauvres et si on donne plus d’un tiers aux pauvres, c’est encore mieux. Les pauvres ne sont pas seulement des musulmans ; au contraire, la tolérance de l'Islam s'étend aux musulmans et aux non-musulmans. Le Prophète () a dit :
« Djibrîl n'a pas cessé de me recommander d'être bon à l'égard du voisin au point que j'ai cru qu'il allait lui donner droit à l'héritage. » (Boukhari, Mouslim)
C’est-à-dire que l’homme hériterait de son voisin tout comme il hérite de son proche parent. Tel est l’Islam. Cela ne relève pas de l'Islam de manger seul, de réunir à sa table les meilleurs plats et boissons, de porter les plus beaux vêtements alors qu’à nos côtés se trouve un frère, un proche ou un voisin qui ne trouve pas de quoi assouvir sa faim...Le Prophète () a dit : « Ne fait pas partie des nôtres celui qui ne s’intéresse pas à la situation des musulmans. » (Al-Tabarânî). Oui, cela ne fait pas partie de l’Islam et le prophète Mohammed () désolidarisa de cet acte et il dit : « N’aura pas cru en moi celui qui passe la nuit rassasié alors que son voisin est affamé et qu’il en a connaissance. » (Al-Tabarânî). C’est-à-dire que celui qui ne vit que pour lui-même sans s’occuper des autres n’est pas un croyant. Ainsi sont les droits de l’homme que les pays occidentaux prétendent appliquer alors qu'ils en sont très loin. Telle est la religion aimée des gens dotés d'une nature innée saine et d'intentions pures. Telle est la religion lorsqu'elle devient une source de puissance. Aucune nation n'a échoué ou n'a subi la défaite en y ayant recours, rien ne peut faire bouger la communauté autant que l’Islam : ni le nationalisme, ni le tribalisme, ni même le panarabisme. Ce qui fait bouger la nation c’est : « Allahu Akbar » (Allah est plus grand), « Lâ ilâha illallah Muhammadan Rasulullah » (Nulle divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah et Mohammed est le Messager d’Allah).
Certes, la nation islamique peut crouler sous le poids des péchés, elle peut être touchée par cette « rouille » due aux décisions erronées et corrompues. Cependant, si l’on écarte cette « poussière » et cette « rouille», nous découvrirons alors un fondement pur et authentique. Le fondement de cette communauté est l’Islam. C'est la matière première de cette communauté et sa base.
Que les hypocrites et ceux qui les suivent prennent connaissance de cette réalité. A ceux qui veulent séparer le crédo de la Charia, l'Etat de la religion, à ceux qui désirent un Etat sans religion ou une religion sans Etat, nous leur disons : vous vous êtes certes trompés, ignorants que vous êtes. Cette nation veut l’Islam. C’est comme si elle disait : « […] dites : "Soyez témoins que nous, nous sommes soumis". » (Coran 3/64), l’affirmant en tous lieux et tout endroit. Le musulman ressent au plus profond de lui-même sa foi en Allah, exalté soit-Il, en l’Islam, en le Coran . Il agrée Allah, exalté soit-Il, comme Seigneur, l’Islam comme religion, Mohammed (), comme Messager et le Coran comme voie et comme guide. C’est pourquoi les voix doivent s’élever de toutes parts et appeler à l'application de la Charia et à un jugement par le Coran. Cela doit se faire partout. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
• « Désirent-ils une autre religion que celle d'Allah […] » (Coran 3/83)
• « […] Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? » (Coran 5/50)
• « Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants. » (Coran 3/85)


Chers musulmans, l’Islam est une organisation qui accompagne l’individu de sa naissance jusqu’à sa mort. En vérité, il l’accompagne même avant sa naissance et après sa mort. Il nous accompagne durant notre voyage dans la vie. Il nous accompagne dans tous les domaines de la vie : à la mosquée, à la maison, à la ferme, à l’usine, à l’école, au tribunal et dans la rue. Il nous procure une méthode de vie islamique complète, guidée par le crédo islamique, contrôlée par des valeurs et gouvernée par la Charia et ce dans toutes les situations, de la manière d’aller aux toilettes jusqu’à l’organisation du Califat. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Non ! ... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » (Coran 4/65)
De la manière de se comporter à table à la manière de construire un Etat, l'Islam nous apprend toutes les choses de la vie. Il nous apprend la manière de manger et de boire : « Dis "Bismillah, mange avec ta main droite et mange de ce qui est devant toi . » (Boukhari, Mouslim), mais aussi la manière de gouverner (sens des versets) :
• « Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé. […] » (Coran 5/49)
• « […] Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Allah aime ceux qui jugent équitablement. » (Coran 5/42)
Si nous voulons gouverner par l’Islam, l’ensemble de la société doit changer pour se tourner vers cette religion. Il faut que les idées et les concepts changent, que les valeurs et les comportements changent, que les habitudes et les traditions changent, que les émotions et les sentiments changent, que les règles, les législations et les lois changent, que la culture et les médias changent et que l’éducation et l’enseignement changent.
Nous voulons une législation islamique, une éducation islamique, des médias islamiques, une culture islamique et une orientation islamique partout. C'est ce que nous voulons si nous voulons gouverner par l’Islam et construire une vraie société musulmane. L’Islam a besoin d’hommes qui le soutiennent, le renforcent, le propagent et qui en soient l'exemple sur terre. Un exemple pratique que les gens voient, et voient à travers eux l’Islam. Lorsque l’un de ces hommes passera à côté des gens, ces derniers diront : « Regardez, c’est l’Islam incarné ». Ainsi était le Prophète () : le Coran incarné, et ainsi étaient les Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux. Allah, exalté soit-Il, dit à Son Messager () (sens du verset) : « […] C'est Lui qui t'a soutenu par Son secours, ainsi que par (l'assistance) des croyants. » (Coran 8/62).
Il faut absolument qu'il y ait des croyants. Notre but dans la vie n'est pas de nous amuser et de profiter des plaisirs terrestres. Nous n’avons pas été créés pour cela. Nous voulons nous engager à défendre l’Islam, nous voulons être éduqués à l’Islam, nous voulons éduquer nos fils et nos filles selon l’Islam et éduquer nos familles et nos épouses selon l’Islam. L’Islam est la source de notre honneur dans ce monde et la source de notre bonheur dans l’au-delà. Si nous désirons la gloire dans ce monde, nous ne l'obtiendrons que par l’Islam. L’Islam est la religion de la Oumma et c’est lui qui nous unit tous. Il nous unit dans la qibla, dans les rites, dans les objectifs et dans la voie que nous suivons. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. […] » (Coran 6/153). Ibn Mas’ûd, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté : « Le Messager d’Allah (), nous traça une ligne - sur le sable, il leur fit un dessin pour que cela soit clair dans leurs esprits - puis dit : ‘Ceci est le chemin d’Allah’. Ensuite, il traça d’autres lignes à droite et à gauche de la première et dit : ‘Et voici d’autres chemins. Sur chacun d’entre eux se trouve un diable appelant vers ce chemin’. Puis il récita le verset (sens du verset) : ‘Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. […]’ (Coran 6/153). » (Ahmad).
Un homme occidental a embrassé l’Islam. Il s’est converti par le biais des livres. Il a lu sur l’Islam et cela lui a plu puis il a agréé Allah, exalté soit-Il, comme Seigneur, l’Islam comme religion et Mohammed () comme messager. Ensuite, il s'est rendu au Hadj et a vu la mauvaise situation et la mauvaise organisation des musulmans. Il a vu le désordre et l’absence de bonnes manières dans les relations entre les gens, à l’inverse de ce qu’il avait lu dans les livres. Qu'a-t-il dit alors ? Il a dit une chose grandiose : « Louanges à Allah qui m’a fait connaître l’Islam avant que je ne connaisse les musulmans ». Pourquoi donnons-nous une mauvaise image de l’Islam ? Pourquoi donc, Ô musulmans ? Pourquoi ne revenons-nous pas à notre religion ? Pourquoi nous ne sommes pas de vrais musulmans agissant selon l’Islam et pour l’Islam ? Pourquoi ne consacrons-nous pas nos vies et nos efforts à la défense de cette religion ? Vous, les hommes de cette religion, soyez les alliés d’Allah, exalté soit-Il. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Ô vous qui avez cru ! Soyez les alliés d'Allah, à l'instar de ce que Jésus fils de Marie a dit aux apôtres : " Qui sont mes alliés (pour la cause) d'Allah ? " - Les apôtres dirent : "Nous sommes les alliés d'Allah". […] » (Coran 61/14)
Veillons donc tous ensemble sur l’Islam, vivons selon l’Islam et mourons dans l’Islam. Que notre devise soit (sens des versets) :
« Dis : "En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre." » (Coran 6/162-163)
J’implore Allah, exalté soit-Il, pour qu'Il fasse en sorte que notre présent soit meilleur que notre passé, et qu'Il fasse en sorte que notre futur soit meilleur que notre présent. Je L'implore pour qu'il nous facilite toute chose et nous protège de l’humiliation de ce monde et du châtiment de l’au-delà. Ô Allah, fais en sorte que cette fête soit une bénédiction pour les musulmans et fais en sorte qu’elle soit une mise en garde, et une peine pour l’oppression et les oppresseurs. Ô Allah, fait en sorte que notre nation tout entière soit en mesure de passer d'autres fêtes dans la sécurité et la foi, dans la paix et l’Islam et conformément à ce que Tu aimes et agrées.
« […] Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu'à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux. » (Coran 59/10)
 

Articles en relation