Enseignements du pèlerinage

6116 1884

Le pèlerinage est désormais terminé et ses rites sont achevés. La plupart des pèlerins sont rentrés dans leurs pays en emportant avec eux les souvenirs de leur voyage à la Maison Sacrée d'Allah, exalté soit-Il. Mais si les rites ont pris fin, les enseignements que l'on peut tirer de ce pèlerinage n'ont pas et ne prendront jamais fin.
Certains évangélisateurs ont dit par le passé: « L'Islam restera l’écueil sur lequel viendront se briser tous les vaisseaux du prosélytisme tant qu'il aura ces piliers : le Coran, le rassemblement des musulmans chaque vendredi et le pèlerinage ». Si les ennemis de l'Islam conçoivent ainsi le sens du pèlerinage et son impact sur la nation musulmane, quelle devrait être alors votre conception, vous qui êtes musulman ? Quel profit le souvenir du pèlerinage peut-il vous apporter sur le plan de la religion ? Quelles sont les enseignements que la nation islamique peut tirer du pèlerinage ? Le pèlerinage est-il seulement un ensemble de rites que nous devons accomplir, des invocations, le dhikr, ou quelque chose de plus éminent que cela ?


Certes, Allah, exalté soit-Il, le Tout Sage, n'établit jamais un rite et ne prescrit jamais une obligation sans qu'elle ne recèle des sagesses et des bienfaits tels que Lui Seul est en mesure de les cerner totalement, que les gens les connaissent ou les ignorent. La nation islamique qui traverse actuellement une rude épreuve, est tellement affaiblie et égarée qu'elle a un besoin pressant de méditer, d'apprendre et de réfléchir sur les finalité des rites de l'Islam, dont le pèlerinage fait partie. L’objectif est d’en tirer les enseignements qui s'imposent, pour renouveler notre détermination et rectifier nos intentions et nos orientations et ainsi rester fermement attachés à l'Islam, être disposé à lutter pour faire triompher cette religion en combattant ceux qui se dressent face à elle et qui veulent en détourner les gens.


Le pèlerinage est une obligation aux rites remarquables, aux aspects majestueux et aux fruits illustres. Il comporte de nombreux bienfaits et ses effets sur la nation islamique sont immenses. Ses bienfaits et ses bénéfices sont tellement nombreux qu'ils ne peuvent être recensés. Allah, exalté soit-Il, fait allusion à l'utilité du pèlerinage en employant de simples paroles (sens du verset) :
« Et fais aux gens une annonce pour le Hajj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné, pour participer aux bienfaits qui leur ont été accordés » (Coran 22/27-28).
Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, dit en commentant ce verset : « Il s'agit des bienfaits liés à ce bas monde et ceux qui relèvent de l'au-delà ».


Lever haut le flambeau du monothéisme
Le premier objectif du pèlerinage et le plus pur aussi, c'est le fait de lever bien haut le flambeau du monothéisme et d’en redessiner les contours estompés. Il s'agit là de la finalité la plus manifeste du pèlerinage voire, d’une caractéristique qui lui est intrinsèque dès son début, lorsque l'on formule l'intention sincère de vouer ses actes d'adoration à Allah, exalté soit-Il, exclusivement et que l'on lance les Talbiya-s, et jusqu'à la fin, lorsque l'on lapide les stèles, le dernier des jours de Tachrîq, le dernier rite du pèlerinage à accomplir avant que le pèlerin n'effectue leTawâf d’adieu à La Mecque, avant de regagner son pays.
À l'ère préislamique, on avait coutume de prononcer la Talbiya. Les membres de la tribu de Quraych formulaient une Talbiya polythéiste en disant : « Labbayka La Charîka Lak illa Charîkan Huwa Lak Tamlikuh wa mâ Malak (Me voilà répondant à Ton appel. Tu n'a pas d'associé, excepté un associé que Tu possèdes ainsi que ce qu'il possède) ». Le Messager d'Allah ()  apprit à sa communauté le mononthéisme le plus pur à travers cette magnifique Talbiyah : « Labbayka Allahumma Labbayk, Labbayka Lâ Charika Laka Labbayk, Inna Al-Hamda Wan-Ni'mata Laka Wal Molk, la Charîka Laka ». Autrement dit : je T'obéis en permanence et je viens à résipiscence auprès de Toi, encore et encore, je Te voue un culte monothéiste exempt de toute forme de polythéisme. Je T'adore avec sincérité sans aucune ostentation car toute œuvre dénuée de sincérité n'a aucune bénédiction et ne sera point agréée. Allah, exalté soit-Il, dit dans un hadith qudsî : « Celui qui accomplira un acte dans lequel il m'aura donné des associés, je l'abandonnerai à son polythéisme. Et Je le désavouerai »
Donc le premier enseignement que le pèlerin doit tirer du pèlerinage et que la nation islamique doit comprendre, est celui du monothéisme et du retour vers Allah, exalté soit-Il, à une époque où le nombre de divinités et de dieux ne cesse de se multiplier et se diversifier et où la foi s’est estompée dans le cœur des croyants un peu comme un habit dont les couleurs ont fané. Les gens ont abandonné l'adoration d'Allah, exalté soit-Il, pour adorer autre que Lui. On voit à notre époque des gens qui implorent les morts, qui croient au pouvoir des pieux et des walis d'Allah, ou prétendus walis, de faire le bien et le mal. Il y a aussi des gens qui passent leur temps devant les tombes et y font des offrandes aux morts, des vœux ou y réclament la fertilité pour les femmes stériles ou le mariage pour les femmes vierges et célibataires de longue date. Ils demandent aux morts de guérir les malades et de ramener à leurs familles ceux qui sont absents.
On voit aussi à notre époque des gens qui adorent d'autres divinités qu'Allah, exalté soit-Il, et leur demandent de l'aide, du soutien et la victoire, des gens qui considèrent ces divinités comme un refuge en croyant qu'elles ont plus de puissance qu'Allah, exalté soit-Il. Si ces gens sont touchés par un mal quelconque, ils s'adressent à leurs divinités en dehors d'Allah, exalté soit-Il, allant ainsi à l'encontre de ce que faisaient les polythéistes par le passé. Allah, exalté soit-Il, dit de ces polythéistes (sens du verset) : « Et quand un malheur touche l’homme, il appelle son Seigneur en se tournant vers Lui. » (Coran 39/ 8)
Et Il dit aussi (sens du verset) :
« Quand une vague les recouvre comme des ombres, ils invoquent Allah, vouant leur culte exclusivement à Lui ; et lorsqu’Il les sauve, en les ramenant vers la terre ferme, certains d’entre eux deviennent réticents… » (Coran 31/ 32).
Quant aux gens de cette époque, lorsqu'un mal les touche, ils s'adressent aux « dieux » de ce monde, s'en remettent à eux, demandent leur secours et leur soutien et leur font des offrandes même si cette offrande revient à sacrifier le monothéisme et la foi islamique.
Il y a aussi ceux qui adorent leurs propres passions, les biens matériels, les femmes et les enfants. Le pèlerinage fait table rase de tout cela et démolit le trône du polythéisme pour établir sur ses décombres l'édifice du monothéisme : « Labbayka Allahumma Labbayk, Labbayka Lâ charîka Laka Labbayk, Inna-l-hamda Wan-Ni'mata Laka Wal Mulk, la Charîka Laka ». C'est Toi, ô Allah, le véritable Dieu, adoré sincèrement. Nul n'est digne d'être adoré en dehors de Toi. Nous répondons bel et bien à Ton appel. Nous répondons à Ton appel par l'adoration étant donné que nous sommes Tes esclaves.

Suivre la Sunna et rien d’autre
Parmi les enseignements du pèlerinage figure le fait que la nation islamique prend conscience et même a la certitude qu'elle n'obtiendra jamais le succès et ne s'engagera jamais sur le bon chemin qu'en suivant la Sunna du Messager () et qu'en adoptant sa ligne de conduite, que ce soit sur le plan du credo, des actions, du comportement, des mœurs, du gouvernement et de l'arbitrage.
Le pèlerinage est une grande leçon morale à ce propos et un entraînement pratique qui permet  au pèlerin de se conformer à la Sunna et de servir de bon exemple au reste de la communauté. Ce sont des rites bien connus et un ordre étonnant suivi et respecté par tous les pèlerins en même temps et au même endroit. Le Messager d'Allah () l'a indiqué. Il a dit à chaque fois qu'il accomplissait un rite : « Apprenez auprès de moi les rites que vous devez accomplir ». C'est pour cette raison qu'Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, a dit: « Accomplissez le pèlerinage comme le Messager () l'a accompli et ne dites pas : “Cela est un acte surérogatoire et cela est une obligation”. »
Cette obtempération aux ordres du Prophète () ne doit pas se limiter au seul pèlerinage. Elle doit s'étendre à tous les aspects de la vie du musulman. Il faut donc obéir au Messager d'Allah () et suivre sa ligne de conduite, sinon nous périrons et nous serons les perdants tant dans ce bas monde que dans l'au-delà. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Non !... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » (Coran 4/ 65).
Le Messager d'Allah () a dit aussi : « Toute ma communauté entrera au Paradis, sauf celui qui s'y refusera. – “Ô Messager d’Allah, et qui s'y refuserait ?”, demanda-t-on. – “Celui qui m’obéira entrera au Paradis et celui qui me désobéira s'y sera ainsi refusé.” » Et il dit aussi : « Quiconque accomplit un acte d'adoration non conforme à notre religion, verra cet acte rejeté par Allah ».
Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Que ceux, donc, qui s’opposent à son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux » (Coran 24 /63). 

La soumission complète aux ordres d'Allah, exalté soit-Il
Celui qui est subjugué par la civilisation moderne, ainsi que par les habitudes et les passions, ne jouit d'aucune liberté surtout s'il est du genre à peser toute chose avec sa raison et n'entreprend aucune action sans calcul matériel précis. Il fait partie des adorateurs de « la raison et de la matière ». Le pèlerinage, avec son caractère mystérieux peu ordinaire, est un défi lancé aux prisonniers du système et aux esclaves des préparatifs. C'est un appel à la soumission et à la foi en ce qui est invisible ainsi qu'à la résignation absolue à la volonté du Bien-aimé, exalté soit-Il, sans demander de preuve ou se fonder sur une logique donnée ou sur une preuve rationnelle. Cette soumission fidèle et cette obéissance absolue sont dénuées de tout désir de connaître la raison pour laquelle ce rituel a été institué. Ceci représente la soumission parfaite de l'Homme à Allah, exalté soit-Il, le Grand Seigneur.
Comme l'a souligné l'imam al-Ghazâli, qu'Allah lui fasse miséricorde, Allah, exalté soit-Il, a imposé aux pèlerins des actions, que les âmes trouvent peu agréables et dont le sens et la portée ne sont pas accessibles aux esprits. C'est le cas par exemple du jet des pierres contre les stèles, du va et vient entre le monticule d'al-Safa et celui d'al-Marwa. En effectuant ces actes, le serviteur manifeste clairement sa soumission à Allah, exalté soit-Il.
La Zakât est l’expression d’une sorte de compassion envers les pauvres, son but est compréhensible et l'esprit penche en sa faveur. Le jeûne est un moyen de rompre avec les plaisirs de la vie, lesquels sont des outils de Satan, ennemi d'Allah, exalté soit-Il. Le jeûne est également un moyen de se consacrer totalement aux actes de dévotion et de s'abstenir des choses futiles qui nous détournent du droit chemin. L'inclination et la prosternation pendant la prière sont, quant à eux, des signes d'humilité et de soumission à Allah, exalté soit-Il. Ce sont des actes qui incarnent la modestie. Pour ce qui est de la course rituelle entre les monticules al-Safa et al-Marwa, la lapidation des stèles et d'autres rites semblables du pèlerinage, ce sont des actes incompréhensibles pour les hommes et l'esprit humain ne peut pas en comprendre la portée ou le sens. Tout acte ayant un sens est à même d’excercer un certain pouvoir d’attraction sur la nature humaine. C’est cette attraction qui incite l’homme à le pratiquer. Le cas échéant la servilité et la soumission de l'Homme à Allah, exalté soit-Il, ne peuvent pas parfaitement être exprimées. Pour ces raisons, le Messager d'Allah () a dit pendant le pèlerinage en particulier :
« Labbayka Bihidjdja Haqqan Ta'abbuddan wa Riqqan (Me voilà répondant à ton appel et accomplissant un pèlerinage en me montrant serviteur et esclave obéissant envers Toi ). »
Le Prophète () n' a dit cela ni dans une prière ni dans un autre acte cultuel. La sagesse d'Allah, exalté soit-Il, implique que le salut des serviteurs dépende de leur soumission dans l'accomplissement des œuvres et leur assujettissement à Allah, exalté soit-Il. Les actes d'adoration dont le sens est imperceptible, sont les plus efficaces pour purifier l'âme, la détourner de ses habitudes et ses mœurs, et la porter à faire preuve de servitude et d'assujettissement.

Leçon sur l'unité de la nation
Parmi les plus grands bienfaits du pèlerinage, figure le fait qu'il mette l'accent sur l'unité de la nation islamique, unité approuvée par le Noble Coran et la Sunna prophétique comme le dit Allah, exalté soit-Il, (sens du verset) : « Certes, cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique » (Coran 21/92). Durant le pèlerinage, tous les musulmans sont unis en matière d'accomplissement des rites. Il n'y a pas de désaccord ni de différence entre eux. Ils circumambulent tous autour de la même Maison, font la course rituelle au même endroit, stationnent au même endroit, font tous face à la même Qibla, récitent le même Livre (le Coran), adorent le même Seigneur, le Seul digne d'être adoré et imitent le même Prophète (). Tout ceci renforce la fraternité islamique et consolide les liens religieux entre les musulmans. Au pèlerinage, le lien de la religion unit les musulmans de différentes races et issus de différents pays. La force du credo rassemble les coeurs des pèlerins. Les rites du pèlerinage unissent leurs corps et leurs actes, et les différences patriotiques, raciales ou sectaires s'effacent. Nous en déduisons que seul l'appel de la foi et du credo unit cette nation islamique comme le dit Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Certes, cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc. » (Coran 21/ 92). Allah, exalté soit-Il, dit aussi à ce propos (sens du verset) : « Les croyants ne sont que des frères. » (Coran 49/ 10).
Le Prophète () a dit, quant à lui : « Les croyants doivent être entre eux comme un édifice dont les matériaux se renforcent mutuellement » Si les musulmans comprennent et mettent en application, cette valeur noble, leurs divergences et les causes de désaccord entre eux diminueront et ils seront comme un seul bloc, se résignant ainsi à l'ordre d'Allah, exalté soit-Il : (sens du verset) : « Et cramponnez-vous tous ensemble au “Habl” (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés » (Coran 3/ 103).

La modération et le juste milieu en toute chose
Un autre enseignement moral que nous tirons du pèlerinage c'est la nécessité d'éviter l’extrêmisme autant que le laxisme. Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, dit : « Le Messager () m'a dit le matin d'Al-'Aqaba : “Ramasse-moi quelques cailloux !” Je lui ramassai quelques cailloux de la taille de fèves et il se mit à les dépoussiérer dans le creux de sa main et nous dit : “Lapidez les stèles avec des cailloux comme ceux-ci.” Puis il dit : “Ô gens, gardez-vous d'être excessifs en matière de religion, car les communautés qui vous ont précédés ont mérité l'Enfer à cause de cela.” » (Ahmad)
La nation islamique a besoin de modération et du juste milieu. Elle a besoin de s'éloigner des excès et du laxisme. Elle a besoin de se doter de la modération comme le dit Allah, exalté soit-Il (sens du verset) :
« Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes pour que vous soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous. » (Coran 2/143).

Unité de l'Histoire et de l’objectif
Lorsque le musulman vit les moments du pèlerinage, que ce soit en l'évoquant ou en l'accomplissant, il s'inscrit comme membre de cet immense cortège qui a répondu à l'appel du plus éminent des Messagers () et du Seigneur des univers. Un appel que les Prophètes ont conduit depuis Ibrâhîm () ceux qui l'ont précédé et ceux qui l'ont suivi comme Nûh (Noé) Ismâ'îl et Ishâq (Isaac), Ya'qûb (Jacob), Mûsâ (Moïse), Isâ (jésus) et Mohammad (Salla Allahou Alaihim wa Sallam).
Ainsi le musulman sait qu'il n'est pas le seul à emprunter ce chemin et que des Prophètes, des Messagers, des imams guidés et des disciples croyants ont connu les mêmes crises et ont été confrontés aux mêmes situations et aux mêmes entraves, mais ils se sont montrés fermes et endurants, chose qui leur a valu le succès dans ce bas monde comme dans l'au-delà. Grâce à leur endurance et leur fermeté, ils ont eu le dessus sur leurs ennemis et leurs voix se sont élevées en professant les Talbiyas du pèlerinage après que certains d'entre eux aient longtemps vécu sans pouvoir se rendre à la Maison Sacrée pour y accomplir la prière, ou même le pèlerinage et la 'Umra.
Si vous évoquez tout cela, vous aurez le cœur rassuré et vos pas seront fermes sur la route. Vous avez un besoin urgent d’affermir vos pas à cette époque où l'Islam est minoritaire. En évoquant le pèlerinage, vous savez que vous sera accordéé la bonne issue à l’instar des croyants qui vous ont précédés; Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Et ceux qui ont mécru dirent à leurs messagers : “Nous vous expulserons certainement de notre territoire, à moins que vous ne réintégriez notre religion !” Alors, leur Seigneur leur révéla : “Assurément Nous anéantirons les injustes, et vous établirons dans le pays après eux. Cela est pour celui qui craint Ma présence et craint Ma menace.” ». (Coran 13/13-14).
Le pèlerinage nous offre tant d'autres leçons morales comme l'apprentissage de la modestie, le rappel de l'au-delà, et le renouvellement de la foi en voyant les lieux de l'adoration et de la prédication islamique. Ceci n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan. Quiconque médite sur ces choses acquiert de nouvelles connaissances. Allah, exalté soit-Il, dit en toute vérité, dans le verset coranique suivant (sens du verset) : « pour participer aux bienfaits qui leur ont été accordés » (Coran 22/ 28).
 

Articles en relation