La relation entre les actes d’adoration et la morale

4851 1265

L'Islam est l'ultime message d’Allah, exalté soit-Il, avec lequel Mohammad () a été envoyé à l'humanité toute entière. Le Messager de l’Islam () a déterminé les objectifs majeurs de sa mission et il nous a informés dans un hadith authentique de l'un de ces objectifs : « J’ai été envoyé pour parfaire les vertus morales. » (al-Tabarânî).
Le Cheikh al-Ghazalî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Ce message, qui a suivi son cours dans l’histoire et dont le porteur (le Prophète ()) a fourni des efforts considérables pour le répandre et rassembler les gens autour de lui, ne cherche qu'à renforcer les vertus et à éclairer les perspectives de perfection devant les gens »…
Les actes de dévotion prescrits par Islam et considérés comme des piliers de la foi ne sont pas de vagues rituels ou des gestes qui n'ont aucune portée ou signification. Au contraire, il s'agit d'exercices répétitifs visant à habituer le fidèle à se doter d'une bonne moralité et à la garder quelles que soient les circonstances. »
 

Les actes d’adoration renforcent les vertus morales.
L’étude du Coran et de la Sunna nous montre que l'acte de dévotion véritable est celui qui a un impact sur le fidèle, sur sa morale et sur son comportement. Allah, exalté soit-Il, nous explique dans le noble Coran quelques unes des sagesses contenues dans la prescription de la prière qui est le pillier de l’Islam après le Tawhîd et qui a un statut tout particulier en Islam. L'une de ces sagesses est que la prière préserve de la turpitude et du blâmable comme l’a dit Allah, exalté soit-Il (sens du verset) :
« Récite ce qui t'est révélé du Livre et accomplis la Salât. En vérité la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d'Allah est certes ce qu'il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. » (Coran 29/45)
Le Prophète () a dit au sujet d’une femme qui priait la nuit, mais qui nuisait à ses voisins durant la journée : « Elle ira en Enfer. » (Ahmed). En réalité, la prière est une purification pour l'âme. Elle nous débarrasse des mauvaises manières. Celui qui ne tire aucun profit de sa prière sur ce plan, est privé de l'un des plus grands bénéfices de celle-ci. Le jeûne aussi est une purification pour l'âme. Il freine nos désirs interdits et nos caprices avant même de nous priver de nourriture, de boisson et de désirs permis.
C’est pourquoi le Prophète () a dit :
« Celui qui ne renonce pas au mensonge, aux actes illicites qui en sont la conséquence, peu importe à Allah qu’il renonce à la nourriture et à la boisson. » (Boukhari)


Le noble Coran mentionne le plus grand bénéfice du jeûne et dit (sens du verset) :
« O les croyants ! On vous a prescrit As-Siyâm comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété. » (Coran 2/183)
Dans le même registre, le Prophète () expliqua que celui qui jeûne en espérant la récompense d’Allah, exalté soit-Il, doit suivre l’éthique du jeûne et sa sagesse :
« Lorsque l’un d’entre vous jeûne, qu’il se préserve des propos obscènes et des cris et si quelqu’un l’insulte ou l’agresse qu’il dise : ʺJe jeûne.ʺ » (Boukhari)
Nous constatons qu'il existe une catégorie de personnes qui fait exactement le contraire. Lorsqu’ils jeûnent, ils deviennent irritables et se séparent de leur bonne moralité. Dès qu'on les contrarie, ils se mettent en colère et deviennent violents. Et si on leur reproche leur comportement, ils disent : « Je jeûne !! »
Ces gens tirent-ils bénéfice de leur jeûne ? Suivent-ils les directives du noble Prophète () ?
Prenons à présent l'exemple de la Zakat. Le principe de la Zakat est de nous purifier des souillures de l’avarice et de l’avidité, de nous habituer à la générosité et à la bonté, et de nous inciter à aider les gens qui sont dans le besoin et à ressentir leur détresse. C’est pourquoi Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Prélève de leurs biens une Sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis […] » (Coran 9/103)
La Zakat n’est donc pas une taxe prélevée sur les gens par la force, mais un acte de compassion, de miséricorde, et de pitié susceptible de consolider les liens d’affection entre les membres de la société.
Quant au Hadj, qui est une obligation pour le musulman qui en est capable, il ne s’agit pas seulement d’un voyage vers ces lieux saints dont la visite est hautement désirée par les croyants. C’est à la base un voyage plein de foi, de spiritualité et de noblesse morale. C’est pourquoi Allah, exalté soit-Il, dit à propos de ce rituel (sens du verset) :
« Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l'on se décide de l'accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d'intelligence. » (Coran 2/197)
Le Prophète () disait à ses Compagnons : « Faites preuve de sérénité ! Faites preuve de sérénité ! » (Mouslim). Il leur montra la nécessité de faire preuve d’une bonne moralité durant leur Hadj et leur annonça la bonne nouvelle d’une grande récompense pour cela :
« Celui qui aura fait le pèlerinage sans commettre d'actes impudiques, ni de désobéissances, sera absous de ses péchés et redeviendra tel qu'il était le jour où sa mère l'a enfanté. » (Mouslim)
Tels sont les actes de dévotion majeurs de l’Islam. Nous constatons, à travers les preuves que nous avons avancées soulignant leur vertu et exhortant à leur mise en pratique, qu'il y a une relation solide entre la religion et la morale et entre les actes de dévotion et le comportement.
Ces actes de dévotion, même s’ils sont différents les uns des autres dans leur essence et leur apparence, ont le même objectif décrit par le Prophète () dans sa parole : « J’ai été envoyé pour parfaire les vertus morales. » (al-Tabarânî).
Le Cheikh al-Ghazâlî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « La prière, le jeûne, la Zakat, le Hadj et les actes d’obéissance enseignés par l’Islam sont la voie vers la perfection désirée et constituent une purification qui protège la vie et élève son rang. C’est en raison des nobles caractères qui y sont liés et desquels ils découlent qu’ils ont une place aussi importante dans la religion d’Allah. En effet, si l’homme ne tire pas bénéfice de ces actes d’obéissance en purifiant son cœur et son esprit et en purifiant sa relation avec Allah et avec les gens, il aura certes perdu son temps. »
Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de faire de nos paroles et de nos actes un argument en notre faveur et non contre nous. Qu’Allah, exalté soit-Il, fasse l’éloge de Son serviteur et de Son messager Mohammad, le salue et le bénisse ainsi que sa famille et l’ensemble de ses Compagnons.

Articles en relation